Qui marche dans la neige ne peut cacher son passage

Qui marche dans la neige ne peut cacher son passage

Tes actes ont des conséquences


Il était une fois, une jeune archéologue prénommée Bojing qui parcourait la muraille de Chine à la recherche d’outils anciens. Un matin, elle reçue sur son téléphone portable un message de son grand-père :  « Câline, notre chère panda, ne reviendra pas. Elle est enfin libre. »

Le grand-père de Bojing, ancien exploitant forestier, avait coupé les grandes forêts de bambous dans la province du Sichuan pendant près de 50 ans. Pour sa retraite, il avait choisi de vivre parmi ces arbres majestueux dans une maison traditionnelle. Il était reconnu pour être un grand entrepreneur, un homme d’action et de volonté. Il avait consacré sa vie à créer de la richesse pour son pays. « Par le devoir pour le devoir » aimait-il répéter.

D’un tempérament vif dans les décisions à prendre ou dans les choix stratégiques comme dans les accords facilitant la production du travail avec les paysans, il était devenu le symbole d’un homme intègre, marqué par une réussite qui force l’admiration.

Toi qui lis cette histoire, aimerais-tu défendre les animaux ?

Les forêts de bambou sont utilisées pour construire des maisons. Mais un jour de l’année 1990, alors que le grand-père de Bojing mettait en œuvre un déboisement important, il se retrouva pour la première fois de sa vie nez à nez avec le roi de cette forêt : un panda géant. Une grande femelle noire et blanche avec ses petits yeux ronds, tapie au sol face aux monstres de métal qui détruisaient son habitat. La pauvre bête terrorisée était devenue trop faible pour se nourrir et cessa de se défendre face à ses prédateurs humains. Pendant un instant, le temps s’arrêta. Les machines stoppèrent toute destruction. Le grand-père de Bojing qui ne convoitait que la forêt pour ce qu’elle lui apportait eut un sentiment désagréable, une sensation de malaise. Il ne comprit pas tout de suite ce qui lui arrivait. Tel un enfant, il s‘attendrit devant cet animal paisible et rare, si grand et si fragile à la fois. Il eut un cas de conscience. Arrêter ou continuer le chantier ? L’une des décisions les plus difficiles de sa vie. Il finit par stopper net les machines et demanda aux autorités d’intervenir pour sauver cet animal sans défense faisant partie du patrimoine national. La déforestation s’arrêta et les paysans inquiets manifestèrent. Les politiciens de la région se mêlèrent à la confrontation. « Pour un panda, que de problèmes ! » disaient-ils. La bataille fut rude et le grand-père de Bojing prit l’initiative de la création d’une fondation pour sauver les quelques rares pandas vivant encore à l’état sauvage. Câline, la femelle panda, devenue le symbole de cette protection finit par être relâchée et pût enfin retrouver ses amis  pandas et le chemin de la liberté.

La morale de cette histoire,  qui marche dans la neige ne peut cacher son passage. Quelle que soit la vie que l’on mène, on ne peut dissimuler les conséquences de nos actions, de notre vie sur terre, et il faut prendre soin des  gens, des animaux, de la nature.