RelaxStory

Georges le lapin et la poule d'eau

Ne pas avoir peur de l'autre


Il était une fois, dans la verte campagne, un coin de nature tranquille où vivait un petit lapin nommé Georges. Georges, pour améliorer son terrier, avait creusé toute la journée une galerie nouvelle et une grande chambre. Un peu fatigué après avoir sorti le dernier tas de terre, il décida que c’était enfin le moment de faire une pause après une journée aussi épuisante. Il chercha un endroit pour se reposer.

Toi qui lis cette histoire, aimerais-tu te reposer au calme après avoir creusé un tunnel et une chambre toute la journée  ?

Non loin de son terrier, un petit ruisseau coulait tranquillement à travers champs. Ses abords regorgeaient d’une herbe tendre et abondante, ainsi que de fleurs des champs et d’oiseaux. Georges décida de s’y rendre. Le temps était superbe. Notre petit lapin renifla quelques brins d’herbe et s’allongea au soleil de tout son long pour se reposer. Ah  ! Que c’est bon, soupira t-il. Enfin un moment serein

Il ferma les yeux et s’assoupit. Soudain, de petits cris stridents surgirent. Cri-cric ! Cri-cric  ! Il ouvrit un œil, puis l’autre, et vit une poule d’eau qui se débattait à contre courant du ruisseau. La tête haute, et fière de son territoire, elle faisait savoir au petit lapin qu’elle était chez elle, que le ruisseau et ses berges lui appartenaient. C’était son royaume.

Georges, avec ses deux grandes oreilles ultra sensibles, n’appréciait guère ce tapage aux sons stridents. Il demanda donc à la poule de se taire.

- Mais pourquoi me tairai-je  ? fit la poule.

- Parce que je veux de la tranquillité, dit Georges. J’ai travaillé toute la journée, j’ai creusé, creusé ma nouvelle maison  ; je mérite mon repos maintenant.

Cette réponse ne convainc pas vraiment la poule qui rechigna à faire plaisir à Georges. Elle lui tourna le dos tout en faisant ses cric-cric  ; elle fit semblant de l’oublier.

Georges, bien embêté lui dit  : sois tranquille, je ne viendrai pas dans l’eau envahir ton vaste royaume. Je m’en irai au couché du soleil. Il y a de la place sur l’herbe et je te propose plutôt de venir partager avec moi ce moment de détente. Comme moi, tu pourras apprécier cette herbe tendre et aucun d’entre nous ne dérangera  l’autre !

Surprise de cette proposition inattendue,  la poule s’interrogea quelques instants. Radieuse de cette soudaine invitation, elle finit par accepter et rejoignit le lapin. Ils firent une agréable sieste dominée par de généreux rayons du soleil.

La morale de cette histoire, c’est qu’il ne faut pas avoir peur des autres. Pour vivre heureux avec ses voisins, il faut oser demander, inviter et partager !